Aller au contenu - Aller au menu principal - Aller à la recherche

Les ensembles de paysage

publié le 13 novembre 2014

Carte des grands ensembles de paysages des Yvelines (format pdf - 3.4 Mo - 03/07/2014)

Les Yvelines peuvent être découpées en six ensembles de paysages

  • I. L’Yveline au sud : plateau de Beauce boisé, couvert par le massif de Rambouillet, d’où sourdent les eaux affluentes de la Seine et de l’Eure, qui se prolonge légèrement en Essonne par les forêts domaniales de Dourdan et d’Angervilliers ;
  • II. La Beauce à l’extrême sud : c’est le plateau de Beauce cultivé, qui se découvre d’un coup au sud de Rambouillet autour d’Ablis, porte des vastes et purs horizons céréaliers qui courent à travers l’Eure jusqu’au Loiret (Orléans) et même jusqu’au Loir-et-Cher (Blois) au sud ;
  • III. Le Hurepoix : plateau de Beauce cultivé aux horizons boisés, découpé en morceaux par les vallées profondes de l’Yvette, de la Rémarde, de la Bièvre, de l’Orge et de leurs affluents ; l’ensemble constitue une large part du Parc naturel régional de la Haute vallée de Chevreuse, et se prolonge dans l’Essonne ;
  • IV. Les plaines et plateaux intermédiaires : ils se déroulent entre le plateau de l’Yveline et la vallée de la Seine, à des altitudes intermédiaires, et s’ouvrent vers l’ouest et les vastes plateaux plus simples de l’Eure et de l’Eure-et-Loir ; l’originalité de ces plaines et plateaux tient à leurs échelles, plus resserrées qu’ailleurs dans les régions avoisinantes, offrant un renouvellement rythmé des paysages cadrés par leurs horizons boisés ;
  • V. La vallée de la Seine : elle dessine un vaste couloir au nord du département, dans la direction armoricaine nord-ouest/sud-est, dans lequel elle sinue et taille de hauts coteaux ;
  • VI. Le Vexin Français : il borde le département au nord, sa partie yvelinoise offrant le panel en réduction de ses caractéristiques : ouverture vers le ciel de ses plateaux cultivés, horizons boisés de ses hautes buttes étirées, vallées charmantes creusées des affluents de la Seine.

Beauce, Hurepoix, Vexin Français, plaines et plateaux intermédiaires, vallée de la Seine : ces cinq ensembles de grands paysages qui composent les Yvelines se prolongent ainsi hors du département, à l’échelle interrégionale. Au sein de ce système, un sixième ensemble se singularise : au contraire des cinq autres, il appartient en propre aux Yvelines, au point d’avoir joliment donné son nom au département : c’est le plateau de l’Yveline, littéralement "la forêt riche en eau", couvert par le massif forestier de Rambouillet. Occupant l’extrémité nord de la plateforme géologique de la Beauce, son existence est liée à la fois à des raisons pédologiques, la présence des sols sableux ou argileux moins riches que dans la Beauce donc moins favorables à l’agriculture et surtout à des raisons historiques (ancienne forêt de chasse royale, protégée à ce titre au fil des siècles). Avec ses 25 000 hectares, c’est l’une des plus grandes forêts périurbaines de France ; c’est surtout l’une des plus fréquentées, avec 11 millions de visiteurs chaque année, qui sillonnent le massif au fil de ses sentiers et allées, à pied, à vélo, à VTT, à cheval. C’est donc un véritable monument écologique, historique, économique et social : le cœur identitaire des Yvelines. Ce caractère forestier profond trouve des prolongements au-delà du massif pour composer le caractère boisé si caractéristique du département outre la diversité de ses paysages urbains, la force de ses signaux industriels et l’étendue de ses paysages agricoles.

Cinq ensembles s’étendent sur le territoire interrégional.

IMG/jpg/geol-bassin-parisien.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Les Yvelines, au cœur du Bassin Parisien

IMG/jpg/contexte-interregion.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Les grands paysages interrégionaux et les Yvelines}

En termes de grand paysage géographique, le département des Yvelines s’inscrit dans le vaste « bassin de Paris » sédimentaire, hérité des mers tertiaires et secondaires, qui court des confins de la Bretagne à ceux des Vosges en est-ouest, et des confins du Massif Central et du Morvan à ceux de l’Ardenne et de la Flandre au nord. Les paysages des Yvelines témoignent en bonne partie de cette appartenance à ce vaste territoire aplani, largement dévolu aux grandes cultures, et drainé par la Seine et ses grands affluents :

IMG/jpg/1.la-seine.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines
  • La Seine dessine un large couloir au nord, dans lequel elle sinue par des boucles marquées qui succèdent à celles des Hauts-de-Seine et qui précèdent celles de Rouen en Seine-Maritime ; elle a cristallisé une partie des paysages culturels emblématiques des Yvelines, car les peintres impressionnistes ont fixé le paysage gai et mouvant du fleuve, de ses guinguettes et de son canotage, à la faveur du train qui le rendait accessible aux Parisiens ;
IMG/jpg/2.beauce.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines
IMG/jpg/3.vexin.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines
  • Les grandes étendues cultivées des régions voisines, typiques du Bassin parisien, se retrouvent aux marges du département : Beauce à l’extrême sud, qui vient buter sur le massif de Rambouillet, Vexin Français à l’extrême nord, qui tombe sur la vallée de la Seine ;
IMG/jpg/4.plaines-intermediaires.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines
  • Par l’ouest les grands paysages interrégionaux pénètrent plus avant dans les Yvelines : les étendues céréalières du Drouais (Eure-et-Loir) et celles du plateau de Madrie, (Eure) se prolongent entre la Seine et le massif de Rambouillet, composant une série de plaines et plateaux intermédiaires, d’abord larges (plateau du Mantois , plaine de Houdan), puis qui s’avancent loin à l’intérieur du département, jusqu’aux portes de Saint-Quentin-en-Yvelines (plaine de Neauphle) et de Versailles (plaine de Versailles) ;
IMG/jpg/5.hurepoix.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines
  • A l’est, c’est le Hurepoix, largement développé dans l’Essonne jusqu’à la vallée de l’Orge, qui vient s’achever sur les lisières du massif de Rambouillet : partie de la plateforme structurale de la Beauce, il se présente comme un plateau agricole, mais aussi urbain sous l’influence de Paris, découpé en morceaux par les profondes incisions des vallées de la Bièvre, de l’Yvette et de leurs affluents.

Seul, un ensemble est proprement identitaire : l’Yveline

IMG/jpg/6.yveline.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines
IMG/jpg/schema-grands-ensembles.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

schématisation globale