Aller au contenu - Aller au menu principal - Aller à la recherche

Les forêts et les milieux naturels

publié le 8 janvier 2015

Le nom d’ « Yveline » dériverait de « sylva aequalina » puis « Ivelina, la forêt riche en eau, quand une grande diversité de massifs forestiers forgent toujours l’identité départementale contemporaine et exercent une attractivité forte sur ses habitants.

La forêt couvre près du tiers du territoire départemental, soit 73 000 ha, dont 20 000 pour la seule forêt de Rambouillet. Depuis la Renaissance, les forêts yvelinoises ont été aménagées pour les chasses des rois de France et conservent un héritage de grandes allées et carrefours en étoile qui font leur singularité. Ces grandes forêts sont prolongées par un réseau de coteaux arborés qui irrigue tout le territoire et compose des paysages où les horizons boisés, omniprésents, distinguent les Yvelines des départements limitrophes. La forêt, proche des villes et des bourgs, offre une nature « sauvage » très recherchée ainsi qu’un écrin de qualité à l’urbanisation.

Plus largement, le département des Yvelines est reconnu par les naturalistes comme l’un des hauts lieux de la biodiversité francilienne. Ainsi, avec 1398 espèces sauvages recensées dont 1258 indigènes, le département présente proportionnellement à sa taille, une diversité floristique statistiquement plus forte que
tous les départements d’Ile-de-France, de Bourgogne et de la région Centre selon une étude du Conservatoire Botanique National du Bassin Parisien.

Mais, à distance restreinte de la métropole francilienne, les paysages des milieux naturels yvelinois n’échappent pas aux menaces de la pression urbaine. Les plus quotidiens (haie, bosquets, arbre isolé, mare) offrent ainsi un accueil inestimable au vivant et appellent un accompagnement soucieux de leur richesse écologique.