Aller au contenu - Aller au menu principal - Aller à la recherche

03 - Le plateau d’Ablis

publié le 4 septembre 2013 (modifié le 24 mai 2016)

Résumé

IMG/jpg/yv-8-152-154.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Les étendues céréalières piquées de bois sombres sur le plateau d’Ablis, entre Cerqueuse et Haute-Maison.

IMG/jpg/s-up3-schema3dablis.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Schéma d’organisation du bâti au sein des espaces agricoles

Le plateau d’Ablis, à l’extrême sud des Yvelines, marque l’ouverture vers la Beauce qui s’étend bien au-delà de la limite départementale, jusqu’à Orléans et Chartres. Il se présente comme une vaste mer de céréales, parfaitement tirée à l’horizontale, composant un paysage épuré, à la fois, puissant et fragile. L’immédiate proximité de la forêt de Rambouillet et la nature des sols confèrent au paysage du plateau certaines caractéristiques qui le distinguent de la « pure » Beauce plus au sud : la présence des horizons boisés, qui bornent les étendues ; la ponctuation de remises forestières de petites dimensions ; la présence aux franges de quelques pâtures ou vergers relictuels. Même les villages, par l’emploi de la pierre meulière, trahissent la proximité du plateau d’Yveline. Compacts vus de l’extérieur, ils composent comme des oasis de fraîcheur à l’intérieur, par les dispositions d’aménagement prises : mares aménagées, herbes et arbres. Ablis, au cœur du plateau, forme une petite capitale de la Haute Beauce, d’où rayonnent les voies routières. Plus globalement le plateau reste aujourd’hui un lieu de passage et de carrefour, avec les autoroutes A10 et A 11 et la ligne TGV atlantique.

Situation

IMG/jpg/yv-up-3-situation.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Le Plateau d'Ablis, au sud du département des Yvelines, s'ouvre vers les vastes étendues beauceronnes.

Le grand triangle que forment les Yvelines s’achève en pointe au sud par le plateau d’Ablis. Au sud de Rambouillet et de sa forêt, il marque l’ouverture radicale vers la Beauce et ses grandes cultures tirées à l’horizontale. Dans le département, il s’allonge sur une vingtaine de kilomètres du nord au sud pour une douzaine d’est en ouest, entre Drouette et Rémarde. Il déborde dans les départements voisins jusqu’à la vallée de l’Aunay en Eure-et-Loir, et jusqu’aux premiers boisements des vallées de la Renarde, de la Louette et de la Chalouette en Essonne. Au cœur de cette Haute Beauce, Ablis concentre les voies historiques qui y convergent en formant une étoile, notamment la RN 10 et la RN 191. Le plateau tout entier est confirmé comme carrefour de passage entre l’Ile-de-France et le sud et ouest de la France par le passage des grandes infrastructures contemporaines que sont l’A10, l’A11 et la ligne TGV Atlantique.

Unités de paysage locales :

Le plateau de Sonchamp, antichambre de la Beauce (nord d’Ablis)
La Beauce Yvelinoise ou Haute Beauce (sud d’Ablis)
Le vallon du ru du Perray

Caractéristiques paysagères, repérage d’enjeux

Une mer de céréales tirée au cordeau

IMG/jpg/yv-8-219-220.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Les étendues Beauceronnes, océan de blé tiré sur une horizontale parfaite, avec quelques rares radeaux isolés, comme ici une ferme. Vue prise au sud d’Ablis vers Bretonville.

Si les plateaux du Hurepoix, au nord de la forêt de Rambouillet, annoncent déjà les grandes étendues cultivées, l’ouverture au sud de Rambouillet prend une autre ampleur : la Beauce cultivée qui s’y déploie va franchir les limites départementales, jusqu’à Orléans au sud et jusqu’au Perche à l’ouest, bien au-delà de Chartres.

Cette impression d’espace est renforcée par la parfaite planéité du plateau, tiré sur une impressionnante horizontale. Elle est surtout liée aux grandes cultures céréalières qui s’y déploient . Les plus beaux panoramas beaucerons sont d’ailleurs ceux qui s’offrent dans toute leur simplicité épurée et radicale. Ce sont des paysages fragiles car la moindre verticale y est visible.

- Enterrer les réseaux aériens très visibles dans les paysages.
- Préserver le paysage dans les aménagements.

Le plateau de Sonchamp et ses remises forestières, antichambre de la Beauce

IMG/jpg/yv-up-3-carte-pedo.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Extrait de la carte géologique du secteur, montrant la différence de substrat entre la partie nord du plateau d’Ablis (plateau de Sonchamp) et la partie sud, franchement Beauceronne.

L’emprise agricole sur le plateau beauceron est liée à la qualité du sol, composé de limon sain et épais. Mais, dans les Yvelines, ce sol typiquement beauceron se situe essentiellement au sud d’Ablis. Au nord, jusqu’aux portes de Rambouillet, le sol est constitué de limon humide sur argile, comme les plateaux du Hurepoix, d’un peu moins bonne qualité. Il constitue le plateau de Sonchamp, déjà beauceron mais présentant quelques particularités paysagères.

IMG/jpg/yv-8-108.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Une pâture vers Orcemont (ferme du Mesnil Roland)

La nature de son sol et sa position en bordure du massif de Rambouillet font qu’il laisse ponctuellement encore place à quelques rares pâtures, prairies voire vergers, notamment à proximité des villages ou de la forêt.

IMG/jpg/yv-up-3-ign-foret-plateau-ablis.jpg
Source : Géoportail, IGN

La Beauce du plateau de Sonchamp, ici avec les horizons forestiers de la Drouette, au nord de Sonchamp.(Source : Géoportail, IGN)

Par ailleurs le paysage des grandes cultures est tenu par les horizons boisés : ceux de la forêt de Rambouillet, mais aussi ceux de la Drouette à l’ouest et de la Rémarde à l’est. Ils confèrent au plateau une échelle plus resserrée qui contribue à sa personnalité. A proximité des lisières, l’irrégularité des découpes entre forêts et cultures favorise par ailleurs les effets de profondeur du paysage et contribue à le valoriser.

IMG/jpg/yv-8-146.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Une série de remises, vers Orphin

Enfin la proximité du massif de Rambouillet a favorisé le maintien de remises forestières pour la chasse , petits bois de 100 à 200 m de côté, qui ponctuent en taches sombres les étendues lumineuses des céréales et contribuent à les animer.

IMG/jpg/yv-8-262.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Les petits bois vers Paray-Douaville

On les retrouve au sud d’Ablis, où ils perdent l’appellation de « remises » au profit de celles de « bois ».

- Maintenir la diversité paysagère en lisière du massif forestier de Rambouillet.
- Préserver les remises forestières, bosquets et boisements favorables à la qualité paysagère spécifique du plateau d’Ablis et à la richesse cynégétique et biologique.

Le vallon du Perray, "oasis" linéaire

IMG/jpg/yv-8-179-181.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Le ru du Perray vers Prunay-en-Yvelines, une ligne verte de fraîcheur dans l’étendue du plateau d’Ablis

Un seul cours d’eau traverse les étendues du plateau. Il prend sa source au nord d’Ablis puis, arrivé à proximité de la ville, il infléchit son cours vers l’ouest pour arroser au passage Prunay-en-Yvelines. Ce pli modeste, d’une vingtaine de mètres de profondeur, suffit localement à animer le paysage par le vallonnement qu’il offre, mais aussi par les boisements qu’il cristallise à ses abords. Il prend ainsi l’image d’une "oasis" linéaire, serpent vert dans le désert fertile des blés. Le vallon du ru du Perray peut être identifié comme un des principaux corridors écologiques du secteur. Celui-ci est d’autant plus important qu’il est connecté à de nombreuses masses boisées relativement isolées par ailleurs.

- Privilégier l’approche interdépartementale des sentiers de randonnée dans le réseau plus large de Rambouillet et la vallée de l’Eure.
- Conforter le vallon du ru du Perray dans sa fonctionnalité de corridor écologique.
- Maintenir les continuités écologiques qui ponctuent et diversifient le paysage.

Des villages regroupés offrant des espaces accueillants

IMG/jpg/yv-8-256.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Les villages du plateau d’Ablis, comme tous ceux de la Beauce, apparaissent plutôt ramassés et compacts. Ils se sont souvent développés à partir d’un noyau linéaire autour de la route, qui cristallise le bâti le plus ancien. Ils intègrent des fermes traditionnelles souvent de belle qualité architecturale, notamment lorsqu’elles prennent un caractère presque abstrait de loin, avec peu d’ouvertures sur l’extérieur, toutes entières tournées sur leur cour. Tous les villages sont aujourd’hui accompagnés à leur périphérie de bâtiments agricoles récents adaptés aux besoins contemporains des exploitations.

IMG/jpg/yv-8-176.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

La pierre meulière, encore très présente dans l’architecture, trahit la proximité du plateau de Rambouillet. Ici à Prunay-en-Yvelines.

La proximité du plateau de Rambouillet se lit dans l’architecture soignée des villages, marquée par la présence de la meulière, qu’elle soit en pierre apparente, en écailles ou enduite à pierres vues.

IMG/jpg/yv-8-249.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Pierre calcaire et cloutage de meulière sur un mur d’habitation à Allainville

Vers le sud, le calcaire blanc du sous-sol beauceron apparaît dans les murs, parfois encore accompagné de meulière en mélange ou en cloutage de joints colorés.

IMG/jpg/yv-8-155-156.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Une mare aménagée pour le public à Cerqueuse.

IMG/jpg/yv-8-259.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Des espaces enherbés à Villiers-les-Oudets.

Globalement, les villages ont su offrir à leurs habitants un cadre de vie agréable, en réaménageant leurs espaces publics et en adoucissant les ambiances par la présence d’herbe et d’arbres, dont la verdure suffit à faire de chacun une sorte d’oasis protectrice, en contraste fort avec les grandes étendues cultivées et ouvertes à l’extérieur. Toutefois, les extensions sous formes de lotissements tendent aujourd’hui à se confronter brutalement aux grandes étendues cultivées, sans transition. Il en résulte des fronts bâtis parfois peu harmonieux.

- Poursuivre la valorisation des villages par des aménagements simples.

Ablis, capitale de la Beauce yvelinoise

IMG/jpg/yv-8-191.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

La rue Pierre Trouvé, à Ablis, cœur historique de la ville.

Au cœur du plateau de Haute Beauce, Ablis concentre tous les parcours des routes, constituant un remarquable réseau étoilé qui témoigne du statut de la ville. Établie dès l’époque de la Gaule celtique, elle prend son statut de noeud routier à l’époque romaine, en étant au carrefour de deux voies romaines importantes : Beauvais-Orléans et Paris-Chartres. Son noyau ancien est aujourd’hui surtout perceptible autour de la rue Pierre Trouvé, ancienne route de Paris à Chartres orientée est-ouest. Dominée par l’imposante église Saint-Pierre-Saint-Paul, la petite ville offre un patrimoine bâti d’intérêt au fil de ses rues. Elle grossit de façon concentrique, mettant en jeu par ses extensions ses relations avec les grandes étendues cultivées de la Beauce.

Une pression liée au développement éolien

IMG/jpg/yv-up-3-capture-schema-regional-eolien-leg.jpg

Le secteur du plateau d’Ablis est considéré comme favorable dans le schéma régional éolien.

A la pointe nord de la Beauce, le plateau d’Ablis est considéré comme favorable au développement de l’éolien et reçoit une forte pression en ce sens. Les éoliennes du département voisin d’Eure-et-Loir se perçoivent déjà à l’horizon. Elles méritent d’être prises en compte dans les projets concernant les Yvelines, pour éviter la saturation paysagère et tenir compte des dimensions plus faibles du plateau d’Ablis, comparé au plateau de cœur de Beauce plus au sud.

 

Carte de l’unité


Bloc diagramme


Communes concernées


Ablis
Allainville
Boinville-le-Gaillard
Orcemont
Orphin
Orsonville
Paray-Douaville
Ponthévrard
Prunay-en-Yvelines
Saint-Arnoult-en-Yvelines
Saint-Martin-de-Bréthencourt
Sainte-Mesme
Sonchamp