Aller au contenu - Aller au menu principal - Aller à la recherche

12 - La vallée de la Mauldre

publié le 5 septembre 2013 (modifié le 23 mai 2016)

Résumé

IMG/jpg/yv-12-498-500.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

La vallée de la Mauldre, vue depuis les environs de Montainville.

La Mauldre, encaissée dans les plaines et plateaux adjacents, dessine un paysage de vallée attractif par contraste avec son environnement dominant de grandes cultures étirées à l’horizontale. Les ambiances, les milieux, les vues s’enrichissent à la faveur des situations multiples offertes par la vallée et les coteaux, chantournés par les petits affluents. Occupée depuis très longtemps, la vallée offre aujourd’hui une image à la fois agricole, boisée et urbanisée. Les bois, épaissis par l’abandon de parcelles autrefois cultivées ou pâturées, coiffent les hauts de pente, laissant d’élégants bas de pente à l’agriculture et à l’urbanisation. Les bourgs historiques, contraints par la rivière et la topographie, ont vu leurs extensions gagner à la fois en longueur dans la vallée et en hauteur sur les coteaux. Quelques développements urbains, opérés dans les années 1970 ont contribué à grignoter ponctuellement le paysage naturel.

Situation

A l’aval de la plaine de Neauphle, la Mauldre, grossie par les eaux du Lieutel et de la Guyonne, creuse plus profondément son sillon, jusqu’à son débouché dans la vallée de la Seine, à Epône-Mézières/Aubergenville, une petite vingtaine de kilomètres plus loin. Elle sépare ainsi la plaine de Versailles à l’est, dont elle reçoit les eaux du Maldroit et du ru de Gally, et les premiers plateaux du Mantois qui s’annoncent à l’ouest (Boinville-en-Mantois). Profondément creusée, au point de dérouler des coteaux de 60 à 100m d’amplitude de l’amont à l’aval pour seulement 1,5 km de largeur, elle apparaît très clairement délimitée, d’autant que les hauts de pentes restent le plus souvent boisés.

IMG/jpg/yv-up-12-schema-vallee-mauldre.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

La vallée de la Mauldre : schématisation

Vecteur naturel de communication secondaire depuis la Seine, la vallée reçoit, malgré son étroitesse, la RD191 (« barreau » nord‐sud reliant RN 12 et A13), mais aussi la ligne ferroviaire de Paris‐Versailles‐Mantes‐la‐Jolie.

Unités de paysage locales :

La confluence avec le ru de Gally
Les vallons de Montainville
La vallée de Riche (Mareil-sur-Mauldre)
Le val d’Aulnay (Aulnay-sur-Mauldre)
Les pentes perchées agricoles de Bazemont (Bazemont, Maule)
Le vallon de la Rouase (Bazemont)
Le vallon de Nézel
Le vallon d’Epône

Caractéristiques paysagères, repérage d’enjeux

Un paysage en creux, attractif et précieux dans le contexte régional et départemental

IMG/jpg/yv-12-467-468.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Le beau site de la ferme de Fleubert, avec la Mauldre sinuant dans les prairies. Un site emblématique de la vallée, bien connu car contourné de près par la RD 191.

A l’aval de Neauphle‐le‐Vieux, la Mauldre quitte la large plaine de Neauphle baignée par de multiples affluents, pour dessiner une vallée sud‐nord avant son débouché dans la vallée de la Seine. Elle s’enfonce nettement, dessinant un couloir encaissé, relativement discret dans le grand paysage agricole des plateaux et plaines adjacents. Ce faisant, elle introduit une précieuse diversité paysagère et écologique au sein des vastes étendues vouées aux grandes cultures. Ses hauts coteaux y protègent un monde radicalement distinct. Les vues se resserrent, les flancs de la vallée s’affichent clairement dans le paysage, les ambiances et les milieux varient à un rythme élevé, du plus frais et humide en fond de vallée au plus sec sur les coteaux calcaires, du plus ensoleillé au plus ombreux. Ce contexte varié a favorisé une implantation humaine de longue date, et aujourd’hui une dizaine de communes s’égrènent au fil de la vallée.

- Encourager le développement touristique.
- Aménager des sentiers et circulations douces continus.
- Créer des parcours de découverte et des points de vue.

Une vallée fragmentée, stratégique pour la biodiversité

IMG/jpg/img_4312.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Pelouse calcaire en voie de fermeture sur la vallée de la Mauldre.

Des affleurements calcaires confèrent à la vallée de la Mauldre une singularité biogéographique. Son orientation nord‐sud a favorisé la présence d’espèces d’affinité méridionale comme le chêne pubescent. Ainsi, elle joue le rôle d’un important bio‐corridor. Les coteaux calcaires accueillent de nombreuses petites pelouses calcicoles sur les pentes plus escarpées. Ces habitats originaux sont menacés par la fragmentation et la fermeture des milieux. En fond de vallée, les zones humides sont soumises à de fortes pressions urbaines.

- Initier des approches paysagères à l’échelle de la vallée.
- Renforcer les continuités écologiques.

Un paysage enrichi par les petits affluents

IMG/jpg/yv-12-543-544.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Le vallon de la Rouase, en contrebas de la forêt des Alluets (Bazemont).

IMG/jpg/yv-12-535-536-legende.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Un très beau coteau formé à la rencontre de la Mauldre et de l’un de ses petits affluents (vallon de Nézel). L’éperon qu’il forme est souligné par la forme en éventail du parcellaire. Entre Nézel et Bazemont.

Le paysage de la vallée de la Mauldre est largement enrichi par les irrégularités qu’introduisent les affluents. Avec le ru de Gally et le ru de Maldroit, une douzaine d’affluents introduisent des situations nouvelles, des vallons secondaires, des orientations différentes, des milieux autres, des vues qui se complexifient. Ils sont souvent investis en partie par l’urbanisation.

- Préserver les sites et paysages particuliers.

Une vallée agricole et boisée, qui tend à se refermer

IMG/jpg/yv-13-096-legende.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Une alternance précieuse d’espaces agricoles et boisés, favorable à la diversité paysagère et écologique. Vue depuis les hauteurs du Val d’Aulnay.

IMG/jpg/yv-12-491-493.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

La vallée à la confluence de la Mauldre et du ru de Gally : un paysage d’aspect globalement boisé, avec des espaces agricoles rétrécis par l’enfrichement d’une partie des pentes.

La vallée de la Mauldre offre une image à la fois agricole, boisée et urbanisée. Les grandes cultures se concentrent sur les rebords hauts non boisés et dans le fond de vallée. Les pentes les plus raides sont occupées par les boisements en amont, qui cèdent la place à des pelouses ou à des cultures en partie aval. Ces boisements de coteaux correspondent aux anciennes parcelles autrefois consacrées à l’élevage, à la vigne et aux vergers.

IMG/jpg/yv-12-516-517-legende.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

L’une des rares séquences de vallée non urbanisée. Hauts de pente vers Bazemont, qui reste invisible, tourné de l’autre côté sur le vallon de la Rouase. De tels espaces de respiration sont précieux dans une vallée marquée par les bois et l’urbanisation.

IMG/jpg/yv-12-484-485.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Une des rares séquences où la vallée s’ouvre sur les plateaux adjacents. Entre Beynes et Mareil-sur-Mauldre.

La part grandissante des boisements et de l’urbanisation, dans un contexte encaissé, accentue l’effet d’enfermement et rend d’autant plus précieuses les rares ouvertures mettant en relation la vallée et son contexte d’affluents, de plaine et de plateau.

- Offrir plus de paysages ouverts et enrichir les perceptions de la vallée.
- Préserver les structures paysagères de la vallée : arbres, haies, bosquets.

Une urbanisation presque partout présente, avec quelques « erreurs » en termes de paysage

IMG/jpg/yv-12-521-522.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Le site de Maule, dans la vallée de la Mauldre.

L’urbanisation marque presque partout le paysage de la vallée, dans des dispositions variées. Seuls Bazemont et Montainville sont perchés au‐dessus du fond.

IMG/jpg/yv-12-524.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

L’urbanisation linéaire greffée sur la RD 191, à Maule.

IMG/jpg/up-12-coupures-urbanisation.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Les coupures d'urbanisation se réduisent sous la pression urbaine. Ici autour de Maule et Aulnay-sur-Mauldre)

Selon la place disponible, les bourgs se sont plus ou moins développés en villages‐rues, autour de la RD 191, soit dès leur origine (Beynes, Nézel, La Falaise), soit par extensions (Mareil‐sur‐Mauldre, Maule, Aulnay‐sur‐Mauldre). L’arrivée du train puis de l’A13 à proximité ont favorisé le développement de résidences secondaires, remplacées et complétées progressivement par des résidences principales.

IMG/jpg/yv-12-464-466.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Le débordement en crête de l’urbanisation du lotissement Les Chênes (Commune de Beynes).

La pression de l’urbanisation de l’agglomération parisienne s’est traduite dans les années 1970 par des opérations d’envergure qui ont fortement impacté le paysage et certains sites de la vallée. A Beynes, les débordements en crête de lotissements et de logements collectifs, au‐dessus du beau site de la ferme de Fleubert, en sont des exemples.

IMG/jpg/yv-12-548-550-legende.jpg
© 2014 Agence B. Folléa - C. Gautier paysagistes urbanistes / DRIEE-IF / Conseil Général des Yvelines

Une pression d’urbanisation qui se traduit aujourd’hui par une urbanisation diffuse. Ici dans le vallon affluent de la Rouase.

L’attractivité des coteaux, offrant la vue et souvent l’ensoleillement, continue de se traduire par de l’urbanisation, qui a pris des formes plus diffuses aujourd’hui. Ce développement diffus dessert le potentiel touristique de la vallée, pourtant aux portes de l’agglomération parisienne et du grand couloir de la Seine.

- Maîtriser l’urbanisation diffuse.
- Conforter les centres bourgs et villages et en conserver l’esprit traditionnel.
- Préserver les espaces de respiration et corridors biologiques entre les bourgs.
- Composer des lisières pertinentes au contact des fronts bâtis.

 

Carte de l’unité


Bloc diagramme


Communes concernées


Aubergenville
Aulnay-sur-Mauldre
Bazemont
Beynes
Crespières
Épône
La Falaise
Herbeville
Mareil-sur-Mauldre
Maule
Montainville
Nézel
Saint-Germain-de-la-Grange